Sainte Rita

Mort rayonnante

Le 22 mai 1457 Rita entre dans la gloire du Ciel.

Certains biographes racontent que, trois jours plus tôt, Notre Seigneur lui est apparu en compagnie de la Vierge Marie.

« Quand donc, Jésus, pourrais-je venir en ta présence ? »

« Bientôt, mais pas encore. »

« Et quand donc ? »

« Dans trois jours tu seras avec moi. »

 

Cette promesse réconforte Rita. Le troisième jour Rita demande à communier et à recevoir le Sacrement des malades. Toutes les religieuses de sa communauté sont présentes.

Elle demande la bénédiction de l’Abbesse et, aussitôt après, elle expire doucement.

Aussitôt des prodiges sensibles viennent comme acclamer la sainteté de Rita. La cloche du monastère se met à frapper trois coups sans que personne ne la touche. La cellule de Rita s’illumine d’une resplendissante lumière. La blessure malodorante de son front se cicatrise subitement en même temps qu’un parfum exquis remplit la cellule. Selon certains témoignages figurant au procès de canonisation, plusieurs personnes auraient vu son âme monter dans la gloire…

Une religieuse du monastère qui avait un bras paralysé cherche à passer son bras autour du cou de Rita… Elle y réussit. Elle est guérie ! C’est le premier miracle posthume de Rita. Tout le peuple de Cascia accourt pour voir celle que l’on appelle déjà « la Sainte ».

On transporte sa dépouille dans une chapelle intérieure et, pour que tous puissent la voir, on ne ferme pas le cercueil. Quelques années plus tard, ce cercueil sera détérioré par le feu, mais le corps restera intact jusqu’à… aujourd’hui où il repose dans la basilique Sanctuaire de Cascia.

Derniers articles
Actualités

Editorial du Père Patrice Véraquin omv

Chers amis-es de Sainte Rita,
La saison liturgique de l’Avent nous invite à raviver notre espérance. Mais pouvons-nous encore espérer ? Le philosophe Albert Camus disait : « Soyons lucide et cessons d’espérer ». Lucides nous le sommes : le futur de la planète nous inquiète, le phénomène des abus dans l’Église et hors de l’Église nous bouleverse et nous interpelle gravement, le déferlement des violences quotidiennes, la précarité, la pandémie… Être chrétien ne signifie sûrement pas se boucher les yeux face au mal. Mais notre lucidité s’ouvre à un autre horizon. Nous croyons aux promesses de Dieu. « Moi, dit le Seigneur, je connais les pensées que je forme à votre sujet, pensées de paix et non de malheur, pour vous donner un avenir et une espérance » (Jérémie 29, 11).

Dans le Christ Jésus Dieu réalise sa promesse de ne pas abandonner l’humanité à ses malheurs. Le Christ est venu, Il vient, Il viendra. C’est pourquoi, lucides, nous espérons. Et nous trouvons dans notre espérance la force d’agir pour construire un monde plus respectueux de la nature, plus juste et plus fraternel.

Sainte Rita aussi a dû affronter les malheurs de son époque. Jamais l’espérance ne lui a manquée. Que sa prière accompagne votre espérance durant ces quatre semaines de préparation à Noël.

P. Patrice Véraquin, omv
Recteur de l’Église Sainte Rita

{jcomments on}

Actualités

Pour une crèche vivante !

Nous sommes rentrés dans le temps de l’Avent, temps de préparation à la fête de Noël. C’est le moment de l’année où nous décorons nos maisons et installons une crèche. Traditionnellement, elle est installée à partir du premier dimanche de l’Avent et jusqu’au 2 février, date à laquelle nous commémorons la présentation de Jésus au Temple.

Les premières crèches, à l’instar de la toute première réalisée par saint François d’Assise lors de la nuit de Noël de 1223, étaient des crèches vivantes. Alors cette année, que notre crèche soit vivante et prenons le temps de la contempler, de l’habiter, de rentrer véritablement dans la joie de Bethléem !

- Installons la Sainte Famille dans notre quotidien. Notre crèche n’a pas besoin d’être la plus belle, la plus grande mais elle a besoin d’être au centre de notre maison, au cœur de notre espace de vie, pour être vue, regardée. Et, à chaque coup d'œil, nous pouvons en profiter pour imaginer Joseph et Marie dans leur quotidien ou pour leur confier la tâche que nous allons faire, le moment que nous passons. Invitons-nous chez eux et invitons-les chez nous ...

- Cheminons avec les santons. La crèche est une bonne occasion de prier en famille, le matin ou le soir. Faisons-en un temps de jeu et de méditation ! Chacun peut avoir son santon et lui donner vie et corps, pour mieux ressentir avec lui la joie immense de cette fameuse nuit où Dieu vint à nous. Quels sont les sentiments qui ont traversé ce berger durant ces quelques semaines ? Qu’est-ce qu’ont pu se dire les rois mages avant de se mettre en chemin ?

- Suivons l’étoile. L’étoile du berger nous rappelle que le Seigneur nous guide. Pendant toute la durée de l’Avent, soyons attentifs aux signes que Dieu laisse dans notre vie et pour chacun d’eux, dessinons une étoile de plus au-dessus de notre crèche.

- Chantons avec les anges. C’est le moment de donner de la voix ! Chaque jour de l’Avent, redécouvrons un chant de Noël.

Pour habiter encore davantage ce temps joyeux de l’attente, rejoignez le parcours En Avent pour Noël sur Hozana et vivez un Avent dans la joie en découvrant chaque jour une petite vidéo pour booster votre foi !

Tiré du site Hozana

{jcomments on}

Espace Priere

Sur la route de l’Avent…

C’est l’Avent,
Le premier jour de l’attente
Avançons dans le silence
Ecoutons Celui qui vient dans quelques jours
Ouvrons nos cœurs à son Amour

Espace Priere

Saint Joseph, de l’attente et de l’Avent

Joseph de l’attente et de l’Avent, Père de toutes nos attentes, Toi qui as entendu le message de l’ange, donne-nous un cœur qui écoute pour que l’Esprit puisse aussi faire son œuvre en nous.