Sainte Rita

Yves Klein et Sainte Rita

Yves Klein

Avant d’en venir à une description de cette œuvre d’art il est nécessaire de se pencher sur la vie de son auteur pour mieux en comprendre le contexte. Yves Klein (1928-1962) est un artiste français représentant et fondateur du Nouveau Réalisme. Yves Klein est connu pour être l’artiste du bleu saturé que l’on appelle aujourd’hui l’International Klein Blue (ou IKB). Ce IKB, marque déposée Klein était pour l’artiste l’expression la plus parfaite du bleu, un bleu suprême et immatériel qui devait « envahir le monde ». Il peignit de nombreuses toiles uniquement avec cette couleur donnant l’impression de piscines bleues. Puis peu à peu l’artiste s’est mis à explorer d’autres couleurs comme le rose et l’or. Il utilisera cette trilogie de couleurs fétiches (qui étaient pour Klein une alternative aux trois couleurs dites primaires) dans ces dernières œuvres. Il fut également l’initiateur de la peinture via des modèles vivants. Il peignait des modèles et leur demandait de presser leur corps sur la toile. Cette série est connue sous le nom d’Anthropométries.
Mais que peut bien être cette œuvre d’art qui de loin ressemble à une étrange palette de maquillage ? Il s’agit d’une offrande votive élaborée par Yves Klein en 1961, à la période ou l’artiste s’intéressait à l’exploration des « blocs de couleurs ». Cette œuvre fut dédiée à Sainte Rita, à qui il devait selon lui son succès à l’exposition de New York qui le fit connaître dans le monde entier.

De confession catholique, Yves Klein eut en dévotion Sainte Rita, dévotion qui lui fut transmise par sa tante Rose Raymond Gasperini. Yves Klein se rendit plusieurs fois à Cascia pour prier la sainte lors de moments critiques dans sa carrière. C’est ainsi en avril 1958 qu’Yves Klein réalise son premier pèlerinage au monastère de Sainte Rita à Cascia en Italie. Yves Klein fut familiarisé à Sainte Rita par l’environnement familial, dès le plus jeune âge il fut également attiré par l’idée de l’envol, du ciel et du bleu transcendant : « En 1946, j’avais 18 ans. Ce jour-là, alors que j’étais allongé sur la plage de Nice, je me mis à éprouver de la haine pour les oiseaux qui volaient de-ci de-là dans mon beau ciel bleu sans nuage, parce qu’ils essayaient de faire des traces dans la plus belle et la plus grande de mes œuvres ». C’est donc tout naturellement qu’il se passionna pour la vie de Sainte Rita à cause de son envol de la falaise de Roccaporena.

Yves Klein ex voto

Cet ex-voto fut offert au monastère en février 1961. En effet il se rend au monastère en Ombrie avec sa femme Rotraut Uecker, et remet son ex-voto, de façon anonyme à la sœur tourière de service à la porte de clôture. Ce n’est qu’après sa mort, que l’ex-voto fut redécouvert dans les années 80. Des travaux de rénovations du monastère furent réalisés suite à un tremblement de terre et le peintre Armando Marocco, chargé de la restauration vitraux, trouva l’ex-voto. C’est ainsi qu’il fut identifié comme étant une œuvre de Klein. La redécouverte de cet ex-voto a stimulé les fans de Klein ainsi que les historiens de l’art. Cet ex-voto remis à jour a ouvert de nouvelles perspectives d’études sur l’art religieux, et de nouveaux axes de recherche sur la personnalité énigmatique d’Yves Klein.
Cette œuvre utilise les trois couleurs fétiches de Klein : le rose, le bleu et l’or. L’ex-voto est un coffret de plexiglas divisé en trois blocs. La partie supérieure est composée de trois bacs (bleu outremer, rose et or), la partie inférieure est composée de trois ligots d’or posés sur un lit de pigment bleu tandis que la bande médiane est un texte manuscrit que je reproduit dans son intégralité et qui fait référence à des titres d’œuvres de l’artiste : « Y. K. Le bleu, l’or, le rose, l’immatériel de l’air, l’architecture de l’air, la climatisation de grands espaces géographiques pour un retour à une vie humaine dans la nature à l’état d’énigme de la légende. Les trois lingots d’or fin sont le produit de la vérité des 4 premières zones de sensibilité picturale immatérielle. »

Dans cette œuvre Yves Klein explore les thèmes artistiques qui lui sont chers comme l’esthétique de la fragmentation, la juxtaposition de texte écrit et d’images visuelles et l’évocation de formes sacrées (ici la forme du triptyque). L’utilisation de la couleur or et des lingots est un clin d’œil aux reliquaires gréco-romain (l’or précieux des reliquaires permettait de transmettre symboliquement de la richesse aux dieux). Ces lingots utilisés par l’artiste rappelle aussi son caractère subversif face à l’argent (il est connu pour avoir jeté des lingots d’or dans la Seine en 1959). En somme les couleurs et l’or utilisés par Klein sont des pars pro toto (parties pour le tout), des couleurs et objets métaphoriques, tentant de capter l’essence artistique des réalités extérieures.
Voici un extrait de la prière manuscrit de Klein à Sainte Rita qui se trouve dans l’ex-voto : « Sainte Rita de Cascia, je te demande d’intercéder auprès de Dieu le Père tout-puissant afin qu’il m’accorde la grâce d’habiter mes œuvres et qu’elles deviennent toujours plus belles, et puis aussi la grâce que je découvre toujours continuellement et régulièrement toujours de nouvelles choses dans l’art chaque fois plus belles, même si hélas je ne suis pas toujours digne d’être un outil à construire et créer de la Grande Beauté. Que tout ce qui sort de moi soit beau. Ainsi soit-il. »

yk soeur andreina

N’oublions pas qu’Yves Klein était originaire de Nice et que la vénération de Sainte Rita est très importante dans cette ville. De plus le fameux bleu de Klein présent dans cet ex-voto est lié à l’idée de Méditerranée ultramarine (qui fascina Yves Klein lors d’un voyage en Italie). Pendant longtemps cet ex-voto de Klein ne fut pas compris par les sœurs augustiniennes (une sœur voulut un jour utiliser l’or de cette œuvre pour restaurer une fresque dorée endommagée par un tremblement de terre) mais aujourd’hui elles tiennent cette œuvre en haute estime. Le photographe David Bordes fit d’ailleurs une très belle photo de sœur Andreina tenant l’ex-voto d’Yves Klein en 1999 pour la série Les gardes. Il faut enfin rappeler que cette œuvre est particulière car elle fut l’une des dernières de l’artiste, mort prématurément en 1962. Le monastère de Sainte Rita fut d’ailleurs l’une de ses dernières visites.

Cet ex-voto a fait le tour du monde en étant montré dans de nombreuses expositions d’art pour finalement rentrer dans son sanctuaire ombrien. Cette œuvre était pour l’artiste à la fois une reconnaissance de Sainte Rita pour ses succès artistiques passés mais aussi une action de grâce pour sa réussite future (cela montre l’ambivalence d’Yves Klein, un artiste à la fois provocateur mais aussi angoissé qui demande l’intercession de la sainte). Cette œuvre enfin montre quelle fut la conception de l’art pour l’artiste : cette pièce qui participe à la fois de l’art et de la religion exprime la haute idée que Klein avait de l’art à savoir une activité dont la valeur égale au moins celle de la religion puisqu’elle est digne d’être dédiée à un être éternel. Cet ex-voto ne fut pas la seule œuvre offerte au monastère par Yves Klein : à l’automne 1958, Yves se rendit pour la seconde fois à Cascia, en compagnie de sa tante Rose, pour remercier sainte Rita d’avoir obtenu pour lui la commande de Gelsenkirchen. Il fit don d’un monochrome bleu au monastère rappelant étrangement le bleu des fresques de Giotto dont il s’inspira dans l’élaboration de son bleu.
Il faut noter que plusieurs autres artistes eurent Sainte Rita en dévotion. C’est le cas notamment de Christian Dior qui plaça certaines de ses collections sous la protection de la grande sainte.

Tony Goupil

NB : Pour les lecteurs intéressés par les liens existants entre art moderne et religion, une œuvre réalisée par Keith Haring peut être mise en parallèle avec l’Ex-voto d’Yves Klein. Il s’agit d’un triptyque réalisé en 1990 par Keith Haring pour l’église Saint Eustache (Paris). Intitulé La vie du Christ il représente la montée de Jésus aux Cieux. Tout comme Yves Klein, Keith Haring réalisa cette œuvre durant la dernière année de sa vie.

Commentaires  
#1 Marie-Thérèse 03-06-2017 11:16
J'ai aussi un tube d'aquarelle bleu Klein mais là j'ai appris des choses.
Citer
Ajouter un Commentaire

Derniers articles
Actualités

La Crèche de Noël 2022

Nos amis, Frère Georges et Julien, sont heureux de vous présenter la Crèche de Noël 2022.

Espace Priere

Un vrai Noël d’espérance...

Regarde l’étoile - espérance

elle te montrera la route de la sérénité

même au cœur des souffrances,

des absences, des peurs...

Ecoute l’espérance

elle te dira que Jésus est venu

par amour pour toi...

Actualités

Pourquoi prier la sainte Famille ?

La sainte Famille est le nom donné à la famille formée par Jésus, Marie et Joseph. Il s’agit donc de la famille terrestre qui a vu grandir le Christ : un foyer simple et modeste de Nazareth, berceau de l’Amour même. Ce lieu saint qui a accueilli et vu grandir Dieu fait homme, en la personne de Jésus, fait l’objet depuis quelques siècles d'une dévotion particulière chez les catholiques. Une fête lui est même consacrée, le dimanche suivant Noël.

La sainte Famille est donnée en modèle à toutes les familles. Le pape François lui-même nous encourage à prier et contempler la sainte Famille. Il lui a écrit une belle prière dans son encyclique Amoris Laetitia.
En effet, ce que nous enseigne cette famille de Judée, vivant il y a plus de 20 siècle, est universel et intemporel. Car si nos familles sont appelées à être des lieux d’amour ; dans notre vie de tous les jours, nous savons tous combien les relations avec nos parents, nos enfants, nos frères et soeurs, peuvent aussi être le lieu de blessures, de tensions et d'incompréhension.
La sainte Famille nous apprend cet amour saint, qui ne cherche ni le contrôle, ni la possession de l’autre. Au contraire, chacun voit en l’autre l’être unique et libre, désiré par Dieu et lui permet de s’épanouir comme tel.

- Quelle confiance en Dieu et quel respect pour Marie, quand Joseph accepta de la prendre pour épouse alors qu’elle portait un enfant qui n’était pas de lui.
- Quelle confiance en Joseph et en son écoute de Dieu, quand Marie, jeune accouchée avec un bébé de quelques jours, le suivit lors de la fuite en Egypte pour échapper à Hérode.
- Quelle confiance en Dieu, en leur fils, en ce qui était en germe, ont dû avoir Joseph et Marie pour faire face à des situations comme la recherche de Jésus, perdu à 12 ans, et finalement retrouvé au Temple.
- Quelle confiance et respect pour le savoir de Joseph, quand Jésus - Fils de Dieu - apprend d’abord, pendant des années, le métier de charpentier, avant de commencer sa vie publique.
- Quelle confiance et respect pour l’intuition de Marie, quand Jésus accomplit son premier miracle à la demande de sa mère lors des noces de Cana.
- Avec la sainte Famille, nous pouvons demander au Seigneur que nos familles soient aussi le lieu où chacun d’entre nous puisse grandir dans le respect et la confiance en ce qu’il est et puisse s’accomplir dans la volonté et l’amour de Dieu.

Par Alice OLLIVIER

Tiré du site Hozana

{jcomments on}

Actualités

Messe d'ordination de Guillaume Charbonneau

Nous vous invitons à regarder sur notre site la messe d’ordination diaconale du jeune Guillaume Charbonneau.