Espace Priere

Pourquoi faire célébrer une messe ?

Sacré coeur de Jésus

 

« Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. 
Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement » (Jean 6, 51)

 

Faire célébrer une messe c’est croire en la puissance d’Amour que le Christ manifeste dans le Mystère de sa Croix et de sa Résurrection. L’Eucharistie est ce même Mystère célébré dans tous les temps et tous les lieux.

La messe :
intention universelle ou particulière ?

La messe est toujours célébrée pour tous : l’Amour infini du Christ embrasse en son Cœur l’humanité tout entière et chacun personnellement. L’Eucharistie a toujours une valeur universelle !

Toutefois, il est de tradition dans l’Eglise d’ajouter une intention particulière pour laquelle le prêtre célèbre l’Eucharistie. Tous peuvent demander qu’une messe soit célébrée pour telle ou telle intention.

Demander de faire célébrer une messe, c’est donc entrer dans la prière de Jésus et de l’Eglise, c’est confier à l’Amour de Dieu une intention particulière qui nous est chère.

Quelle intention particulière ?

arc-en-ciel

Pour remercier Dieu

On peut offrir une messe en action de grâce pour un événement heureux : naissance, anniversaire, noces d’or ou d’argent, guérison, paix retrouvée… ou pour n’importe quelle grâce reçue, d’ordre matériel ou spirituel.

Pour demander à Dieu

On peut présenter comme intention toute demande qui nous tient à cœur et qui va dans le sens de la Volonté de Dieu, en tous domaines de la vie : santé, famille, études, travail, discernement d’une décision, etc. On peut demander pour soi-même ou pour les autres : parents, enfants, amis ou toute autre personne.

Pour les défunts

Par la grâce de l’Eucharistie, nos frères et sœurs défunts peuvent être secourus, purifiés et libérés des liens qui les empêchent encore d’entrer dans la joie du Ciel. Une messe célébrée à l’intention d’un défunt a une valeur inestimable, car c’est l’Amour du Christ qui le rejoint et le libère. C’est le don le plus précieux qu’on puisse faire à un être cher qui nous a quittés.

Les offrandes de messes

celebration-messe-hostie

La messe n’a pas de prix, c’est un bien spirituel. Mais dès les origines du christianisme, les fidèles ont contribué à la célébration de l’Eucharistie par des dons et des offrandes destinés à assurer les frais du culte, la subsistance des prêtres, la vie de l’Église. Il ne s’agit donc pas d’acheter une messe, et c’est pourquoi on ne parle pas de « prix » d’une messe mais plutôt « d’offrande » ou « d’honoraires de messe ». Il s’agit d’une participation financière dont le but principal est de subvenir aux besoins du prêtre et de sa communauté.

Le montant de l’offrande est fixé, dans chaque pays, par la Conférence des évêques afin d’éviter toute surenchère. Toutefois, pour la personne n’ayant pas de ressources, l’offrande peut être moindre selon ses possibilités.

De toutes façons il faut voir cette participation comme un don qui vient du cœur. Dans la communion avec le prêtre et toute l’Eglise qui célèbre, celui qui offre une messe présente son intention au Seigneur pour que, dans l’Amour du Christ, sa prière soit accueillie par le Père.

« Toutes les bonnes œuvres réunies n’équivalent pas au sacrifice de la messe parce qu’elles sont l’œuvre des hommes, et la Sainte Messe, l’œuvre de Dieu : elle est le sacrifice que Dieu fait aux hommes de son Corps et de son Sang. » (Curé d’Ars)

« Le moyen le plus approprié et efficace de rendre hommage à nos défunts est de prier pour eux, en offrant des actes de foi, d’espérance et de charité. En union au Sacrifice eucharistique, nous pouvons intercéder pour leur salut éternel, et faire l’expérience de la communion la plus profonde, dans l’attente de nous retrouver ensemble, pour jouir à jamais de l’Amour qui nous a créés et rachetés. » (Benoît XVI)

Faire célébrer une messe

Note : Nous ne pouvons préciser la date de célébration de la messe, car les messes sont célébrées par des Pères Oblats (ou quelquefois par d’autres prêtres qui en ont besoin) dans nos communautés et nos missions à travers le monde. Nous vous assurons qu’elles sont célébrées dans les meilleurs délais possibles. Nous vous invitons à participer vous-mêmes à une célébration eucharistique à la date qui convient à votre intention.

Derniers articles
Actualités

Editorial du Père Patrice Véraquin omv

Chers amis-es de Sainte Rita,
La saison liturgique de l’Avent nous invite à raviver notre espérance. Mais pouvons-nous encore espérer ? Le philosophe Albert Camus disait : « Soyons lucide et cessons d’espérer ». Lucides nous le sommes : le futur de la planète nous inquiète, le phénomène des abus dans l’Église et hors de l’Église nous bouleverse et nous interpelle gravement, le déferlement des violences quotidiennes, la précarité, la pandémie… Être chrétien ne signifie sûrement pas se boucher les yeux face au mal. Mais notre lucidité s’ouvre à un autre horizon. Nous croyons aux promesses de Dieu. « Moi, dit le Seigneur, je connais les pensées que je forme à votre sujet, pensées de paix et non de malheur, pour vous donner un avenir et une espérance » (Jérémie 29, 11).

Dans le Christ Jésus Dieu réalise sa promesse de ne pas abandonner l’humanité à ses malheurs. Le Christ est venu, Il vient, Il viendra. C’est pourquoi, lucides, nous espérons. Et nous trouvons dans notre espérance la force d’agir pour construire un monde plus respectueux de la nature, plus juste et plus fraternel.

Sainte Rita aussi a dû affronter les malheurs de son époque. Jamais l’espérance ne lui a manquée. Que sa prière accompagne votre espérance durant ces quatre semaines de préparation à Noël.

P. Patrice Véraquin, omv
Recteur de l’Église Sainte Rita

{jcomments on}

Actualités

Pour une crèche vivante !

Nous sommes rentrés dans le temps de l’Avent, temps de préparation à la fête de Noël. C’est le moment de l’année où nous décorons nos maisons et installons une crèche. Traditionnellement, elle est installée à partir du premier dimanche de l’Avent et jusqu’au 2 février, date à laquelle nous commémorons la présentation de Jésus au Temple.

Les premières crèches, à l’instar de la toute première réalisée par saint François d’Assise lors de la nuit de Noël de 1223, étaient des crèches vivantes. Alors cette année, que notre crèche soit vivante et prenons le temps de la contempler, de l’habiter, de rentrer véritablement dans la joie de Bethléem !

- Installons la Sainte Famille dans notre quotidien. Notre crèche n’a pas besoin d’être la plus belle, la plus grande mais elle a besoin d’être au centre de notre maison, au cœur de notre espace de vie, pour être vue, regardée. Et, à chaque coup d'œil, nous pouvons en profiter pour imaginer Joseph et Marie dans leur quotidien ou pour leur confier la tâche que nous allons faire, le moment que nous passons. Invitons-nous chez eux et invitons-les chez nous ...

- Cheminons avec les santons. La crèche est une bonne occasion de prier en famille, le matin ou le soir. Faisons-en un temps de jeu et de méditation ! Chacun peut avoir son santon et lui donner vie et corps, pour mieux ressentir avec lui la joie immense de cette fameuse nuit où Dieu vint à nous. Quels sont les sentiments qui ont traversé ce berger durant ces quelques semaines ? Qu’est-ce qu’ont pu se dire les rois mages avant de se mettre en chemin ?

- Suivons l’étoile. L’étoile du berger nous rappelle que le Seigneur nous guide. Pendant toute la durée de l’Avent, soyons attentifs aux signes que Dieu laisse dans notre vie et pour chacun d’eux, dessinons une étoile de plus au-dessus de notre crèche.

- Chantons avec les anges. C’est le moment de donner de la voix ! Chaque jour de l’Avent, redécouvrons un chant de Noël.

Pour habiter encore davantage ce temps joyeux de l’attente, rejoignez le parcours En Avent pour Noël sur Hozana et vivez un Avent dans la joie en découvrant chaque jour une petite vidéo pour booster votre foi !

Tiré du site Hozana

{jcomments on}

Espace Priere

Sur la route de l’Avent…

C’est l’Avent,
Le premier jour de l’attente
Avançons dans le silence
Ecoutons Celui qui vient dans quelques jours
Ouvrons nos cœurs à son Amour

Espace Priere

Saint Joseph, de l’attente et de l’Avent

Joseph de l’attente et de l’Avent, Père de toutes nos attentes, Toi qui as entendu le message de l’ange, donne-nous un cœur qui écoute pour que l’Esprit puisse aussi faire son œuvre en nous.