Espace Priere

Pourquoi faire célébrer une messe ?

Sacré coeur de Jésus

 

« Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. 
Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement » (Jean 6, 51)

 

Faire célébrer une messe c’est croire en la puissance d’Amour que le Christ manifeste dans le Mystère de sa Croix et de sa Résurrection. L’Eucharistie est ce même Mystère célébré dans tous les temps et tous les lieux.

La messe :
intention universelle ou particulière ?

La messe est toujours célébrée pour tous : l’Amour infini du Christ embrasse en son Cœur l’humanité tout entière et chacun personnellement. L’Eucharistie a toujours une valeur universelle !

Toutefois, il est de tradition dans l’Eglise d’ajouter une intention particulière pour laquelle le prêtre célèbre l’Eucharistie. Tous peuvent demander qu’une messe soit célébrée pour telle ou telle intention.

Demander de faire célébrer une messe, c’est donc entrer dans la prière de Jésus et de l’Eglise, c’est confier à l’Amour de Dieu une intention particulière qui nous est chère.

Quelle intention particulière ?

arc-en-ciel

Pour remercier Dieu

On peut offrir une messe en action de grâce pour un événement heureux : naissance, anniversaire, noces d’or ou d’argent, guérison, paix retrouvée… ou pour n’importe quelle grâce reçue, d’ordre matériel ou spirituel.

Pour demander à Dieu

On peut présenter comme intention toute demande qui nous tient à cœur et qui va dans le sens de la Volonté de Dieu, en tous domaines de la vie : santé, famille, études, travail, discernement d’une décision, etc. On peut demander pour soi-même ou pour les autres : parents, enfants, amis ou toute autre personne.

Pour les défunts

Par la grâce de l’Eucharistie, nos frères et sœurs défunts peuvent être secourus, purifiés et libérés des liens qui les empêchent encore d’entrer dans la joie du Ciel. Une messe célébrée à l’intention d’un défunt a une valeur inestimable, car c’est l’Amour du Christ qui le rejoint et le libère. C’est le don le plus précieux qu’on puisse faire à un être cher qui nous a quittés.

Les offrandes de messes

celebration-messe-hostie

La messe n’a pas de prix, c’est un bien spirituel. Mais dès les origines du christianisme, les fidèles ont contribué à la célébration de l’Eucharistie par des dons et des offrandes destinés à assurer les frais du culte, la subsistance des prêtres, la vie de l’Église. Il ne s’agit donc pas d’acheter une messe, et c’est pourquoi on ne parle pas de « prix » d’une messe mais plutôt « d’offrande » ou « d’honoraires de messe ». Il s’agit d’une participation financière dont le but principal est de subvenir aux besoins du prêtre et de sa communauté.

Le montant de l’offrande est fixé, dans chaque pays, par la Conférence des évêques afin d’éviter toute surenchère. Toutefois, pour la personne n’ayant pas de ressources, l’offrande peut être moindre selon ses possibilités.

De toutes façons il faut voir cette participation comme un don qui vient du cœur. Dans la communion avec le prêtre et toute l’Eglise qui célèbre, celui qui offre une messe présente son intention au Seigneur pour que, dans l’Amour du Christ, sa prière soit accueillie par le Père.

« Toutes les bonnes œuvres réunies n’équivalent pas au sacrifice de la messe parce qu’elles sont l’œuvre des hommes, et la Sainte Messe, l’œuvre de Dieu : elle est le sacrifice que Dieu fait aux hommes de son Corps et de son Sang. » (Curé d’Ars)

« Le moyen le plus approprié et efficace de rendre hommage à nos défunts est de prier pour eux, en offrant des actes de foi, d’espérance et de charité. En union au Sacrifice eucharistique, nous pouvons intercéder pour leur salut éternel, et faire l’expérience de la communion la plus profonde, dans l’attente de nous retrouver ensemble, pour jouir à jamais de l’Amour qui nous a créés et rachetés. » (Benoît XVI)

Faire célébrer une messe

Note : Nous ne pouvons préciser la date de célébration de la messe, car les messes sont célébrées par des Pères Oblats (ou quelquefois par d’autres prêtres qui en ont besoin) dans nos communautés et nos missions à travers le monde. Nous vous assurons qu’elles sont célébrées dans les meilleurs délais possibles. Nous vous invitons à participer vous-mêmes à une célébration eucharistique à la date qui convient à votre intention.

Derniers articles

 

Le Père Patrice Véraquin, omv, Recteur Provincial, propose de réfléchir sur le parallèle de la Transfiguration lors de ce 2ème Dimanche de Carême.

 

{jcomments on}

Actualités

2 ème Dimanche de Carême

Actualités

Qu’est-ce que le Mercredi des Cendres ?

Le Mercredi des cendres, premier jour du Carême, est marqué par l’imposition des cendres : le prêtre dépose un peu de cendres sur le front de chaque fidèle, en signe de la fragilité de l’homme, mais aussi de l’espérance en la miséricorde de Dieu. En 2020, il est fêté le mercredi 26 février.

La revue

Revue Sainte Rita de Février 2024

 

Comme il est dit dans le psaume "SA Parole est une lampe pour nos pas et une lumière pour notre chemin ", le Pape nous invite à toujours faire preuve de discernement et à écouter La voix de Dieu qui apaise.

S'inspirer de la rubrique Parole du Saint Père

Rien n'est plus terrible que la mort d'un enfant.
Le Vénérable P. Bruno Lanteri écrivit une lettre empreinte de réconfort spirituel et de grande humanité à Gabriella Solaro, maman du petit Henry.

Découvrir À l'École du Père Lanteri

L’Aumônerie des Artistes de Nice célèbre la Messe des artistes le Mercredi des Cendres.
Sophie est allée à la rencontre du frère Yves-Marie Lequin, prêtre dominicain, aumônier des artistes, enseignant en théologie, peintre et poète.
Vous apprendrez avec son reportage, l'origine de cette messe, le lien entre la Foi et l’Art ainsi que le rôle d'un aumônier des artistes.

Suivre L'Aumônerie des Artistes de Nice

Sainte Rose-Philippine Duchesne, missionnaire aux États-Unis, mourut en 1852 à l’âge de 83 ans après un parcours de vie extraordinaire.
Découvrez, celle que les indiens surnommait "la femme qui prie toujours".

S'informer avec la rubrique Pierres vivantes

Pierre Descouvemont pose une interrogation : "Qu’est-ce que l’adoration ?"
Par une réflexion intérieure, abordant l'existence de Dieu et le Mystère de la Providence, il nous interpelle avec une déduction posée : "La chose la plus difficile à faire dans une vie, c’est d’accepter de ne pas être Dieu."

Aller plus loin avec Enseignement

Chaque année, a lieu le Pèlerinage "Sur les pas de Sainte Rita". Cette année le départ est prévu le jeudi 30 mai et le retour le lundi 3 juin 2024.
Retrouvez toutes les informations et les modalités d'inscription pour le Pèlerinage Nice-Cascia 2024

Rejoindre Sainte Rita et nous

Ce mois-ci, nous vous proposons deux témoignages. Sigrid : "Dans la maladie, Sainte Rita a été à mes côtés" et Marie-Rose qui exprime sa reconnaissance à Sainte Rita qui l'a accompagnée lors d'un trajet particulièrement difficile.
La rubrique "Merci Sainte Rita "est votre rubrique et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. le lien pour rendre grâce puis paraître dans la Revue Sainte Rita.

Lire les témoignages Merci Sainte Rita

Retrouvez la Neuvaine du mois et l'apostolat de la prière

En savoir plus sur la Revue Sainte Rita

Lire l'intégralité des extraits de la revue de Février 2024

S'abonner à la Revue Sainte Rita

Actualités

Vidéo de l’intention de prière du Pape - février 2024

 Prions pour que les malades en phase terminale, ainsi que leurs familles, bénéficient toujours d’un accompagnement médical et humain de qualité.

Pape François – FEVRIER  2024

Lorsque certaines personnes parlent de maladie en phase terminale, elles confondent deux mots : incurable et non soignable. Ce n’est pas la même chose.
Même lorsque les chances de guérison sont très faibles, tous les malades ont droit à un accompagnement médical, à un accompagnement psychologique, à un accompagnement spirituel et à un accompagnement humain.
Parfois, ils ne peuvent pas parler, parfois nous pensons qu’ils ne nous reconnaissent pas, mais si nous leur prenons la main, nous comprenons qu’ils sont en syntonie avec nous.
La guérison n’est pas toujours possible. Mais nous pouvons toujours prendre soin des malades et les caresser.
Saint Jean-Paul II disait que « guérir si possible, toujours prendre soin ».
C’est là qu’interviennent les soins palliatifs, qui garantissent au patient non seulement des soins médicaux, mais également un accompagnement humain de proximité.
Les familles ne peuvent pas être laissées seules dans ces moments difficiles.
Leur rôle est déterminant. Elles doivent avoir les moyens de garantir un soutien physique, un soutien spirituel et un soutien social.
Prions pour que les malades en phase terminale, ainsi que leurs familles, bénéficient toujours d’un accompagnement médical et humain de qualité.

Textes extraits de la chaîne YouTube "La Video du Pape"

{jcomments on}