Sainte Rita

Une sainte aimée de tous

Chapelle de Sainte Rita à Nice

A l’époque de Rita, les canonisations officielles n’avaient pas encore été instituées. C’était en quelque sorte la voix du peuple qui proclamait la sainteté de ceux et celles qui avaient témoigné de façon extraordinaire de leur amour de Dieu. On peut donc dire que Rita fut d’abord béatifiée par le peuple ; l’évêque de Spoleto simplement autorisa son culte.

La béatification officielle fut proclamée par le Pape Urbain VIII en 1628, et ce n’est qu’en 1900 que Léon XIII canonisa Sainte Rita.

Dès lors le culte de Sainte Rita s’est développé de façon extraordinaire d’abord en Italie et puis dans le monde entier.

Ici en France c’est à partir de 1935 que le Père Bianco, Oblat de la Vierge Marie, introduisit la dévotion à Rita. La création de la revue Sainte Rita en 1955 contribua à faire connaître et aimer Sainte Rita dans toute la France.

Tant de gens se retrouvent en cette femme dont la vie est à la fois simple, près de la leur, et en même temps remplie de signes prodigieux de la présence de Dieu.

Ils admirent l’épouse et la religieuse qui, à travers son acceptation « amoureuse » des épreuves, montre à tous un chemin de foi, d’espérance et d’amour de Dieu.

Ils montrent une confiance immense en cette sainte qui intercède si efficacement auprès de Dieu pour obtenir des grâces aussi bien temporelles et spirituelles.

La mission universelle de Sainte Rita, « la sainte des cas impossibles », est de nous aider, par l’exemple de la vie et par la puissance de sa prière, à ne jamais désespérer et à mettre toute notre confiance en Dieu, même dans les situations les plus difficiles et « impossibles ».

Derniers articles
Actualités

Vidéo de l’intention de prière du Pape - mai 2024

 

 

Prions pour que les religieuses, les religieux et les séminaristes grandissent dans leur parcours vocationnel grâce à une formation humaine, pastorale, spirituelle et communautaire qui les conduise à être des témoins crédibles de l’Évangile.

Pape François – MAI 2024

Chaque vocation est un « diamant brut » à polir, à travailler avec soin, à façonner sur toutes ses faces.

 

Un bon prêtre, une bonne religieuse, doivent d’abord être un homme et une femme formés, travaillés par la grâce du Seigneur.

Des personnes conscientes de leurs limites et prêtes à mener une vie de prière, à se consacrer au témoignage de l’Évangile.

 

Leur formation doit être intégrale, elle doit commencer dès le séminaire et le noviciat, en contact direct avec la vie des autres. Cela est fondamental.

La formation ne s’achève pas à un moment donné, mais elle se poursuit tout au long de la vie, tout au long des années, en intégrant la personne, intellectuellement, humainement, affectivement et spirituellement.

 

Il en est ainsi pour leur préparation à la vie en communauté, tant celle-ci est enrichissante, même si elle est parfois difficile.

Car vivre ensemble n’est pas la même chose que vivre en communauté.

Prions pour que les religieux, les religieuses et les séminaristes grandissent dans leur parcours vocationnel grâce à une formation humaine, pastorale, spirituelle et communautaire qui les conduise à être des témoins crédibles de l’Évangile.

  

Textes extraits de la chaîne YouTube "La Video du Pape chaîne YouTube "La Video du Pape"

 

 

 

 
Actualités

Menu pour passer une bonne journée

Confiance et espérance ! Concoctez chaque matin votre recette pour vous assurer une belle journée. Ayant préparé ce menu spécial, vous pourrez présenter une Prière d’offrande de ma journée de travail ou bien tout simplement offrir une Prière avant de partir au travail.

Actualités

La Vierge Marie, un modèle pour toutes les mères

Comme tous les enfants, Jésus a eu besoin de sa maman pour devenir un homme à part entière. La Vierge Marie ne s’est pas contentée de former et de nourrir son corps. Avec Joseph, elle Lui a tout appris. C’est en les voyant penchés sur son berceau que Jésus a su sourire et rire. C’est en les entendant parler que le Verbe a su parler.

Actualités

Vidéo : Jésus Sauveur, ton nom est miséricorde…

Le dimanche après Pâques est le Dimanche de la Miséricorde Divine. C’est Jean-Paul II qui institua cette fête en 2000 le jour de la canonisation de Sainte Faustine Kowalska.

Prenez quelques minutes pour regarder cette vidéo !