La congrégation

Les Oblats de la Vierge Marie dans une favela au Brésil

Crescer Favela Jardins Sao Camilo

Nos confrères du Brésil désirent faire connaître notre Centre Social dans un quartier à haut risque. L’amour fait des miracles, même dans les milieux les plus difficiles, dans ces périphéries existentielles en manque de rédemption. Nous remercions le Père Louis Normandin, Délégué du Brésil, pour ce partage.

Les Oblats de la Vierge Marie sont présents non seulement dans les régions les plus développées, mais aussi là où la pauvreté est grande et les besoins immenses. C’est ainsi que nous avons su, peu à peu, nous établir dans la partie la plus pauvre de Jundiaí – État de São Paolo –, le quartier ‘Jardim São Camilo’ (Jardin Saint Camille). Il s’agit d’une de ses tristement célèbres favelas du Brésil.

C’est un quartier que l’on dit sans loi, où le trafic de drogue est la principale source de revenus avec le vol de voitures qui se retrouvent du jour au lendemain en pièces détachées pour être distribuées ensuite chez différents revendeurs. Les habitants de Jundiaí ont soin d’édifier de hauts murs devant leurs maisons pour se protéger des cambriolages. Les Brésiliens des grandes villes savent qu’il est pratiquement impossible de déambuler le soir dans les rues et regrettent que les gens honnêtes soient prisonniers dans leurs maisons alors que les voyous se baladent librement.

Dans le quartier ‘Jardim São Camilo’, les maisons sont précaires tout comme les installations électriques, les circuits hydrauliques et les égouts. Nous travaillons principalement auprès de familles monoparentales où mères et grands-mères prennent soin des enfants et petits-enfants. De nombreuses femmes, laissées à elles-mêmes, viennent trouver refuge dans ce quartier où il n’y a pas de taxes foncières, ni factures d’eau ou d’électricité.

La figure du père est défaillante et nombreux sont les hommes qui, sans scrupule, n’hésitent pas à enrôler les mineurs dans le circuit de la drogue et des vols en leur promettant une vie meilleure qui se traduira par la possibilité d’obtenir des biens de consommation. Les mineurs sont fragiles et précieux pour les trafiquants qui savent que si les jeunes sont arrêtés, ils seront rapidement libérés. Ce constat encourage les adolescents qui croient en l’argent facile à entrer dans le cercle vicieux de la délinquance.

Notre Centre, dénommé ‘Crescer’ (Croître), vient en aide à 107 familles et accueille 117 enfants et adolescents. Nous recevons une aide de la Municipalité qui, reconnaissant l’importance de notre présence dans le quartier, nous permet de payer quelques employés. Nous avons la chance de compter sur de nombreuses bénévoles, particulièrement les mamans des jeunes, heureuses de nous prêter main-forte.

Les services publics rencontrent des difficultés à s’implanter dans la favela. Ils savent que les jeunes que nous accueillons sont vulnérables, que le tissu familial est fragile et que le risque de décrochage scolaire tout comme celui de la délinquance est grand. Il faut voir les jeunes courir dans toutes les directions lorsque la police apparaît dans le quartier à la recherche de trafiquants, de délinquants, de véhicules volés, voire de meurtriers.

Crescer Centre danse

Notre désir est de stimuler les jeunes à choisir le bon chemin, celui de la scolarisation et de l’apprentissage pour ‘grandir’ (Crescer) comme citoyens et personnes libres et honnêtes. Notre Centre, véritable lieu de vie, permet aux enfants et adolescents que nous accueillons de mieux réussir à l’école et de participer à des activités que leurs parents ne sauraient leur offrir. Ils trouvent aussi de quoi compléter leurs repas souvent frugaux. Le Centre est animé par une équipe composée de religieuses, d’une psychologue, d’une spécialiste en pédagogie, d’un professeur d’éducation physique et de danse, et d’un musicien. Nous essayons de permettre aux jeunes de développer leurs capacités grâce à un suivi social, récréatif, sportif, culturel, affectif, religieux et politique, tout en promouvant et fortifiant les liens familiaux et communautaires. Nous confions nos jeunes à votre prière.

Louis Normandin omv

Soutenez nos missions en faisant un don.

Crescer Rodrigo

Témoignage de Rodrigo
Olá ! (Bonjour)
Je m’appelle Rodrigo Ferreira de Moraes. J’ai fréquenté le ‘Projet’ Pio Lanteri -Crescer- dès l’âge de 11 ans jusqu’à mes 16 ans. Je puis dire maintenant, à 26 ans, que cette expérience a été fondamentale pour ma formation. C’est là que j’ai découvert le théâtre et toutes les possibilités que m’offrait la vie.
Outre le théâtre qui m’a ouvert de nouveaux horizons, j’ai été initié à l’artisanat par la fabrication d’objet en corail que l’on vendait sur les marchés pour aider le ‘Projet’. C’est là que j’ai appris à devenir un citadin responsable dans un milieu violent et dominé par le crime organisé.
À 22 ans, je décrochais un diplôme universitaire en Administration d’Entreprises, tout en continuant à étudier le théâtre. C’est par cet art que j’ai perçu que je pouvais contribuer à la formation des enfants, des adolescents et des jeunes d’aujourd’hui. Le ‘Projet’ m’avait captivé et maintenant je réalise que je suis moi aussi ‘Projet’.
J’aimerais terminer par cette phrase d’Antoine de Saint-Exupéry qui exprime bien ma relation avec le ‘Projet’ Pio Lanteri : « Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé » (Le Petit Prince).

Témoignage de Graziela
Bonjour,
Je m’appelle Graziela, j’ai 17 ans et j’ai eu la chance de participer aux activités du Projet Crescer lorsque j’avais 7 ans jusqu’à mes 15 ans. Ce fut une période très importante où j’ai beaucoup appris. Étudiante en pédagogie, j’aimerais transmettre aux petits ce qu’on m’a transmis à travers le Projet. Ma petite sœur est aujourd’hui membre du Projet et j’espère de tout cœur qu’elle saura y cueillir le meilleur pour toujours.
Je remercie tous ceux qui m’ont aidée et qui m’ont appris à aimer.

Ajouter un Commentaire

Derniers articles
Actualités

François : la prière qui vient du cœur fait avancer sur le chemin du Seigneur

Recevant en audience ce lundi 15 juillet, les participants aux chapitres généraux de différentes congrégations religieuses, le Pape François a insisté sur la « prière du cœur ». L'évêque de Rome a également demandé à ces religieux et religieuses de « poursuivre leur travail avec foi et générosité».

La beauté et la simplicité

Le Souverain pontife a interpellé les membres des différentes congrégations à avoir un cœur de compassion et a dénoncer « l’injustice et les abus ». Il a également invité ces congrégations religieuses réunies pour leur Chapitre général à marcher sous les pas de leurs fondateurs et fondatrices, qui «ont su saisir les traits de la beauté et y répondre de différentes manières, selon les besoins de leur temps, en écrivant des pages merveilleuses de charité concrète, de courage, de créativité et de prophétie, en se dépensant dans le soin des faibles, des malades, des personnes âgées et des enfants, dans la formation des jeunes, dans l'annonce missionnaire et dans l'engagement social», a-t-il indiqué.

La prière qui vient du cœur

La mission confiée par Dieu à ces missionnaires doit se faire «à travers l'obéissance», a estimé François, qui les engagent dans la même lancée à «ne pas abandonner la prière du cœur et les moments devant le tabernacle à parler au Seigneur et à laisser le Seigneur parler». Car a t-il dit «la prière qui nous fait avancer sur le chemin du seigneur, est celle qui vient du cœur, et non la prière des perroquets ». Le Saint-Père a profiter de l’occasion de cette visite pour les encourager «à poursuivre leur travail avec foi et générosité». François a exhorté pour terminer, à « prier pour les vocations ».

Texte et photo extraits de Vatican News

 

{jcomments on}

Actualités

Le Pape nomme un nouveau vicaire apostolique de Nekemte en Éthiopie

Le Saint Père a nommé lundi 15 juillet, vicaire apostolique de Nekemte, en Ethiopie, le père Getahun Fanta Shikune, membre de la Congrégation de la Mission, jusqu'à présent directeur spirituel de l'Ecole lazariste d'Addis Abeba et directeur spirituel des Filles de la Charité en Ethiopie.

Ordonné prêtre le 1er juillet 2001, Mgr Shikune est né le 25 février 1973 à Aleku Sassi, Wollega Ouest, dans le vicariat apostolique de Nekemte. Il est titulaire d'un master en ressources humaines de DePaul University de Chicago aux États-Unis. Il est entré au séminaire de la Congrégation de la Mission et a étudié à l'Institut de philosophie et de théologie des Capucins de Saint-François à Addis-Abeba.

Le nouveau vicaire apostolique de Nekemte a occupé plusieurs fonctions au sein de l’Eglise.  Il a été notamment, curé de Holy Saviour, Sako, et de St. Mary, Metcha; recteur du grand séminaire de son institut.  Mgr Shikune a été supérieur de la province éthiopienne de la Congrégation de la Mission durant deux mandats (2010-2013 et 2013-2016). Il a également exercé son ministère à la paroisse St. Mary of Sion.

Il est actuellement directeur de l'école lazariste d'Addis-Abeba et directeur spirituel des Filles de la Charité en Éthiopie.

Texte et photo extraits de Vatican News

 

{jcomments on}

Actualités

Helena Kmieć, celle qui pourrait devenir “la prochaine Carlo Acutis”

L'archidiocèse de Cracovie (Pologne) a récemment ouvert la cause de canonisation de la servante de Dieu Helena Kmieć, née la même année que Carlo Acutis, et décédée en 2017.

Ces dernières années, les chrétiens ont appris à mieux connaître le bienheureux Carlo Acutis, le "geek de Dieu", qui prochainement sera canonisé. Il est temps de découvrir à présent sa contemporaine, née comme lui en 1991, Helena Kmieć, une jeune femme polonaise, tuée en 2017 lors d’une mission humanitaire en Bolivie. Le 7 avril de 2024, dimanche de la Divine Miséricorde, l'archevêque de Cracovie (Pologne), Mgr Marek Jędraszewski, a en effet annoncé l'ouverture de la cause de béatification et de canonisation d'Helena Kmieć, proclamée servante de Dieu.

"Je connais Dieu et je ne peux le garder pour moi"

"J'ai reçu la grâce de Dieu, ou DDDDD ("Un don gratuit de Dieu pour [les autres]" en polonais "Dar Darmo Dany Do Dawania") et je dois partager ce don ! Toutes les compétences que je possède, les aptitudes que j'acquiers, les talents que je développe ne me sont pas destinés, je dois les utiliser pour aider les autres. Le plus grand don est que je connais Dieu et je ne peux pas le garder pour moi, je dois le partager en Le faisant connaître ! Si je peux aider quelqu'un, le faire sourire, le rendre plus heureux, lui apprendre quelque chose, je veux le faire !"

Une figure polonaise inspirante

Suite à l’émotion provoquée par l'annonce de sa mort brutale en 2017, le président polonais l’avait décoré à titre posthume, le 7 février 2017, de la Croix d'or du mérite pour ses mérites dans les activités caritatives et sociales et son engagement auprès des personnes ayant besoin d'aide. Ses obsèques, le 19 février 2017, avaient alors revêtu un caractère d’État, et la messe avait été présidée par le cardinal Stanisław Dziwisz.

Photo et texte extraits de ALETEIA

 

{jcomments on}

Actualités

Canonisation de Carlo Acutis

Le pape devrait annoncer la date de canonisation de Carlo Acutis le 1er juillet.

Le pape François présidera un consistoire – une assemblée avec les cardinaux – pour valider la canonisation de futurs saints, le 1er juillet 2024, a annoncé le Bureau de presse du Saint-Siège ce 3 juin. 

Il devrait annoncer notamment la date de canonisation du « geek de Dieu », le jeune italien Carlo Acutis.

Information et photo extraites de Famille Chrétienne

 

{jcomments on}