Sainte Rita

Notre pèlerinage 2017 à Cascia

pelerinage 2017 sainte rita

Thierry Ligeron, qui collabore à la Revue Sainte Rita, nous parle du Pèlerinage 2017. Une occasion de revivre ce moment de partage et de prière et, pourquoi pas, de participer au Pèlerinage 2018 !

Comme tous les ans, le Père Alain Vaillancourt, Oblat de la Vierge Marie, et moi-même animons un Pèlerinage en Ombrie, dans le centre de l’Italie, sur les pas de sainte Rita à Roccaporena et Cascia, de saint François à Assise et de saint Benoît à Norcia. Bien entendu, nous associons notre chauffeur, Manu, des Phocéens Cars !

Cette année, le Pèlerinage a eu lieu du lundi 17 au vendredi 21 avril pendant l’Octave de Pâques. Nos messes, nos offices et nos célébrations ont donc retenti de victorieux Alléluia !

Le premier jour, lundi, et le dernier jour, vendredi, ce fut le voyage aller-retour. Le deuxième jour, mardi, fut consacré à sainte Rita. Le matin, à Roccaporena, nous avons visité les lieux où a vécu la Sainte (maison natale, maison maritale, église San Montano, Jardin du Miracle…). L’après-midi, à Cascia, nous avons prié dans la Basilique devant la châsse où repose son corps. La Messe fut célébrée en l’honneur de sainte Rita dans la Capelina. Malgré les dégâts dus au tremblement de terre d’octobre 2016, nous avons pu nous rendre dans le monastère où Rita fut religieuse.

Le troisième jour, mercredi, fut dédié à saint François. Le matin, la Messe fut célébrée en l’honneur de saint François dans la Chapelle Sainte-Claire attenante à la Basilique Sainte-Marie-des-Anges. L’après-midi, nous sommes montés à Assise et nous avons visité la Basilique Saint-François où se trouve le corps du Saint. Le quatrième jour, jeudi, à Roccaporena, nous sommes montés le matin au Scoglio, le Rocher de la Prière où se rendait souvent sainte Rita, en méditant le Via Lucis, le Chemin de Lumière. L’après-midi, la Messe fut célébrée en l’honneur de saint Benoît, dans le Sanctuaire de Roccaporena. Ensuite nous nous sommes rendus à Norcia, ville natale de saint Benoît. La ville a beaucoup souffert du tremblement de terre ; la Cathédrale et la Basilique Saint-Benoît sont complètement démolies à part les façades. Cependant, nous avons pu marcher jusqu’au pied de la grande statue du Saint où nous avons prié pour la cité et ses habitants tant éprouvés par le séisme.

 

pelerinage 2017 groupe

 Le groupe de pèlerins à Norcia avec le Père Alain et Thierry (avril 2017)

 

Témoignage de Jean-Michel M. (Nice, Alpes Maritimes)
Bonjour Thierry,
Tout d’abord, je tiens à t’expliquer pourquoi j’ai fait ce voyage à Roccaporena et voir Sainte Rita qui m’a toujours aidé le long de ma vie. Ce Pèlerinage était un vœu que j’avais fait lors de mon voyage de noces il y a trente-six ans ; j’avais été visiter le Sanctuaire de Lisieux où repose Sainte Thérèse et je suis redescendu par Lourdes où a vécu Sainte Bernadette. Je m’étais promis d’aller à Cascia pour remercier Sainte Rita de tout le bonheur qu’elle m’accordait depuis que je la priais mais je n’avais jamais eu l’opportunité de le faire. Fin Octobre 2016, ma fille et son compagnon ont perdu leur chien un Colley Ecossais aux alentours d’Isola 2000. J’ai prié et demandé à Sainte Rita de nous aider à le retrouver. Huit jours après, mon beau-fils, en allant une dernière fois rechercher son chien dans la montagne, a eu le bonheur, en revenant vers son véhicule, de le voir couché à côté et de le trouver en bonne santé. J’ai voulu tenir la promesse faite depuis si longtemps.
Je t’avoue que j’avais une petite angoisse de ce Pèlerinage car je ne connaissais personne, mais la gentillesse, l’amabilité et la camaraderie de tous les Pèlerins et Pèlerines m’ont vite mis à l’aise. Le premier jour au restaurant en discutant, une personne m’a demandé si j’étais sensible, car m’a-t-elle dit, « ici, vous allez pleurer ». En arrivant à Roccaporena, quand je suis rentré dans la Chapelle, j’ai vu le manteau de Sainte Rita et sa Statue souriante, accueillante, apaisante et si belle, tous mes souvenirs bons et moins bons sont remontés à la surface. J’ai eu des petites larmes de bien-être et de bonheur d’avoir enfin exaucé mon désir d’être là. Ensuite, aussi bien dans la prière, que dans la ville où elle a vécu, la Basilique où elle repose, voir sa châsse, tout m’a ému. La journée à Assise, j’aurais aimé pouvoir prendre quelques photos du tombeau de Saint François, mais c’était interdit, tant pis, je l’ai quand même touché, encore troublé mais heureux de ce moment. Mais mon souvenir le plus émouvant c’est la ville de Norcia si triste, déserte, ces habitants sans logement et je prie chaque jour pour eux. Je finirai cette longue lettre, pour vous remercier toi Thierry et Père Alain pour votre écoute, tout au long de ce Pèlerinage qui me donne l’envie de retourner. Merci pour tout.

Témoignage de Régine M. (Sollières-Sardières, Savoie)
Si depuis sept ans, je participe au pèlerinage de Sainte Rita, c’est qu’après avoir marché sur ses pas, prié dans les différents lieux où elle a vécu, je découvre à chaque fois combien sa vie était entièrement tournée vers Jésus par ses gestes, ses rencontres et le soutien qu’elle apportait à toutes les personnes qui vivaient dans son entourage. Elle nous invite dans la même simplicité que ses sœurs du monastère de Cascia qui accueillent de nombreux pèlerins venus des quatre coins de l’horizon. À notre départ de là-bas, tout commence pour les mois qui suivent. C’est avec force, courage et amour que l’Esprit nous aide à affronter la vie de chaque jour avec ses peines, ses joies et aussi la séparation d’êtres chers qui font le passage vers la maison du Père, mais qui demeurent à jamais présents parmi nous par la pensée mais aussi une présence qu’aucun mot ne peut exprimer. Bonne soirée, avec un petit air de la montagne !

Commentaires  
#1 Marie Elise 05-09-2017 00:26
Je prie Sainte Rita, chaque mois je fais la neuvaine et aussi les quinze jeudis, c'est vraiment un bonheur de redécouvrir sa vie qui n'a pas été facile. Elle ne se plaignait pas contrairement à moi, elle priait avec humilité, acceptait avec douceur, patience et amour. Je souhaiterais un jour partir sur ses traces mais c'est loin de chez moi qui vis en Guadeloupe. Le Seigneur est grand et peut-être me permettra-t-il de partir un jour. Merci pour vos témoignages qui me font rêver à ce grand jour.
Citer
Ajouter un Commentaire

Derniers articles

 

Le Père Patrice Véraquin, omv, Recteur Provincial, propose de réfléchir sur le parallèle de la Transfiguration lors de ce 2ème Dimanche de Carême.

 

{jcomments on}

Actualités

2 ème Dimanche de Carême

Actualités

Qu’est-ce que le Mercredi des Cendres ?

Le Mercredi des cendres, premier jour du Carême, est marqué par l’imposition des cendres : le prêtre dépose un peu de cendres sur le front de chaque fidèle, en signe de la fragilité de l’homme, mais aussi de l’espérance en la miséricorde de Dieu. En 2020, il est fêté le mercredi 26 février.

La revue

Revue Sainte Rita de Février 2024

 

Comme il est dit dans le psaume "SA Parole est une lampe pour nos pas et une lumière pour notre chemin ", le Pape nous invite à toujours faire preuve de discernement et à écouter La voix de Dieu qui apaise.

S'inspirer de la rubrique Parole du Saint Père

Rien n'est plus terrible que la mort d'un enfant.
Le Vénérable P. Bruno Lanteri écrivit une lettre empreinte de réconfort spirituel et de grande humanité à Gabriella Solaro, maman du petit Henry.

Découvrir À l'École du Père Lanteri

L’Aumônerie des Artistes de Nice célèbre la Messe des artistes le Mercredi des Cendres.
Sophie est allée à la rencontre du frère Yves-Marie Lequin, prêtre dominicain, aumônier des artistes, enseignant en théologie, peintre et poète.
Vous apprendrez avec son reportage, l'origine de cette messe, le lien entre la Foi et l’Art ainsi que le rôle d'un aumônier des artistes.

Suivre L'Aumônerie des Artistes de Nice

Sainte Rose-Philippine Duchesne, missionnaire aux États-Unis, mourut en 1852 à l’âge de 83 ans après un parcours de vie extraordinaire.
Découvrez, celle que les indiens surnommait "la femme qui prie toujours".

S'informer avec la rubrique Pierres vivantes

Pierre Descouvemont pose une interrogation : "Qu’est-ce que l’adoration ?"
Par une réflexion intérieure, abordant l'existence de Dieu et le Mystère de la Providence, il nous interpelle avec une déduction posée : "La chose la plus difficile à faire dans une vie, c’est d’accepter de ne pas être Dieu."

Aller plus loin avec Enseignement

Chaque année, a lieu le Pèlerinage "Sur les pas de Sainte Rita". Cette année le départ est prévu le jeudi 30 mai et le retour le lundi 3 juin 2024.
Retrouvez toutes les informations et les modalités d'inscription pour le Pèlerinage Nice-Cascia 2024

Rejoindre Sainte Rita et nous

Ce mois-ci, nous vous proposons deux témoignages. Sigrid : "Dans la maladie, Sainte Rita a été à mes côtés" et Marie-Rose qui exprime sa reconnaissance à Sainte Rita qui l'a accompagnée lors d'un trajet particulièrement difficile.
La rubrique "Merci Sainte Rita "est votre rubrique et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. le lien pour rendre grâce puis paraître dans la Revue Sainte Rita.

Lire les témoignages Merci Sainte Rita

Retrouvez la Neuvaine du mois et l'apostolat de la prière

En savoir plus sur la Revue Sainte Rita

Lire l'intégralité des extraits de la revue de Février 2024

S'abonner à la Revue Sainte Rita

Actualités

Vidéo de l’intention de prière du Pape - février 2024

 Prions pour que les malades en phase terminale, ainsi que leurs familles, bénéficient toujours d’un accompagnement médical et humain de qualité.

Pape François – FEVRIER  2024

Lorsque certaines personnes parlent de maladie en phase terminale, elles confondent deux mots : incurable et non soignable. Ce n’est pas la même chose.
Même lorsque les chances de guérison sont très faibles, tous les malades ont droit à un accompagnement médical, à un accompagnement psychologique, à un accompagnement spirituel et à un accompagnement humain.
Parfois, ils ne peuvent pas parler, parfois nous pensons qu’ils ne nous reconnaissent pas, mais si nous leur prenons la main, nous comprenons qu’ils sont en syntonie avec nous.
La guérison n’est pas toujours possible. Mais nous pouvons toujours prendre soin des malades et les caresser.
Saint Jean-Paul II disait que « guérir si possible, toujours prendre soin ».
C’est là qu’interviennent les soins palliatifs, qui garantissent au patient non seulement des soins médicaux, mais également un accompagnement humain de proximité.
Les familles ne peuvent pas être laissées seules dans ces moments difficiles.
Leur rôle est déterminant. Elles doivent avoir les moyens de garantir un soutien physique, un soutien spirituel et un soutien social.
Prions pour que les malades en phase terminale, ainsi que leurs familles, bénéficient toujours d’un accompagnement médical et humain de qualité.

Textes extraits de la chaîne YouTube "La Video du Pape"

{jcomments on}