Espace Priere

Prier au conditionnel

Paul Valery

Les derniers moments de Paul Valéry

Paul Valéry était très intelligent mais il était athée, ce qui, en fait, est rare. Or, Paul Valéry a eu un cancer et a été hospitalisé dans une clinique tenue par des religieuses. On a nommé pour s’occuper de lui la nuit une religieuse, médecin de profession. Cette femme, athée au départ, s’était convertie et elle était devenue religieuse.

Par charité, on avait donné cette infirmière à Paul Valéry. Il savait l’histoire de cette religieuse, et qui elle avait été autrefois.
Un soir, il lui dit : « Ma sœur, je voudrais vous poser cette question : pourquoi vous êtes-vous faites religieuse ? ». Elle a “raté” sa réponse, elle a dit : « C’est pour mieux rendre service aux autres ». C’était vrai, mais ce n’était pas le fond. Valéry l’a regardée avec ses grands yeux, et elle a compris qu’il fallait aller plus loin.
Alors elle ajouta : « Par amour, par amour de Dieu et par amour des autres ». Et Valéry de lui dire : « Vous avez très bien fait ».

La nuit suivante, il a été très mal et il a dit à la religieuse : « Je vais mourir et je le sais. J’ai peur, je ne sais pas ce qu’il y a derrière ». Alors la sœur lui a dit : « Il ne serait pas contraire à l’honnêteté à laquelle vous avez tenu toute votre vie de prier au conditionnel ».
Il n’a pas compris. Elle le lui a expliqué en disant : « Vous pouvez dire : Mon Dieu si vous existez, aidez-moi. Si vous existez, manifestez-vous à moi ». Il a accepté.
La nuit suivante, il a été très malade et on a cru qu’il allait mourir. La religieuse lui tenait la main et priait à voix basse. Elle avait l’impression qu’il était très réceptif à ce qu’elle disait, mais il n’est pas mort cette nuit-là.

Est arrivée la dernière nuit. Il a très bien senti qu’il allait mourir, il a demandé qu’on le redresse sur ses oreillers, qu’on lui donne son carnet de notes personnelles et un crayon.
Il a écrit ceci : « Pour la première fois, avec le Christ le nom de Dieu a été associé au mot amour ». Là-dessus, la mine du crayon a cassé ; il a demandé un autre crayon. Alors sa femme lui a dit : « Tu continueras demain ». Et il a répondu : « Non, parce que demain ne sera pas. Donne-moi un autre crayon ».
Il a écrit : « Christ = Amour », et il est mort. Il avait tout compris !

Ajouter un Commentaire

Derniers articles

 

Le Père Patrice Véraquin, omv, Recteur Provincial, propose de réfléchir sur le parallèle de la Transfiguration lors de ce 2ème Dimanche de Carême.

 

{jcomments on}

Actualités

2 ème Dimanche de Carême

Actualités

Qu’est-ce que le Mercredi des Cendres ?

Le Mercredi des cendres, premier jour du Carême, est marqué par l’imposition des cendres : le prêtre dépose un peu de cendres sur le front de chaque fidèle, en signe de la fragilité de l’homme, mais aussi de l’espérance en la miséricorde de Dieu. En 2020, il est fêté le mercredi 26 février.

La revue

Revue Sainte Rita de Février 2024

 

Comme il est dit dans le psaume "SA Parole est une lampe pour nos pas et une lumière pour notre chemin ", le Pape nous invite à toujours faire preuve de discernement et à écouter La voix de Dieu qui apaise.

S'inspirer de la rubrique Parole du Saint Père

Rien n'est plus terrible que la mort d'un enfant.
Le Vénérable P. Bruno Lanteri écrivit une lettre empreinte de réconfort spirituel et de grande humanité à Gabriella Solaro, maman du petit Henry.

Découvrir À l'École du Père Lanteri

L’Aumônerie des Artistes de Nice célèbre la Messe des artistes le Mercredi des Cendres.
Sophie est allée à la rencontre du frère Yves-Marie Lequin, prêtre dominicain, aumônier des artistes, enseignant en théologie, peintre et poète.
Vous apprendrez avec son reportage, l'origine de cette messe, le lien entre la Foi et l’Art ainsi que le rôle d'un aumônier des artistes.

Suivre L'Aumônerie des Artistes de Nice

Sainte Rose-Philippine Duchesne, missionnaire aux États-Unis, mourut en 1852 à l’âge de 83 ans après un parcours de vie extraordinaire.
Découvrez, celle que les indiens surnommait "la femme qui prie toujours".

S'informer avec la rubrique Pierres vivantes

Pierre Descouvemont pose une interrogation : "Qu’est-ce que l’adoration ?"
Par une réflexion intérieure, abordant l'existence de Dieu et le Mystère de la Providence, il nous interpelle avec une déduction posée : "La chose la plus difficile à faire dans une vie, c’est d’accepter de ne pas être Dieu."

Aller plus loin avec Enseignement

Chaque année, a lieu le Pèlerinage "Sur les pas de Sainte Rita". Cette année le départ est prévu le jeudi 30 mai et le retour le lundi 3 juin 2024.
Retrouvez toutes les informations et les modalités d'inscription pour le Pèlerinage Nice-Cascia 2024

Rejoindre Sainte Rita et nous

Ce mois-ci, nous vous proposons deux témoignages. Sigrid : "Dans la maladie, Sainte Rita a été à mes côtés" et Marie-Rose qui exprime sa reconnaissance à Sainte Rita qui l'a accompagnée lors d'un trajet particulièrement difficile.
La rubrique "Merci Sainte Rita "est votre rubrique et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. le lien pour rendre grâce puis paraître dans la Revue Sainte Rita.

Lire les témoignages Merci Sainte Rita

Retrouvez la Neuvaine du mois et l'apostolat de la prière

En savoir plus sur la Revue Sainte Rita

Lire l'intégralité des extraits de la revue de Février 2024

S'abonner à la Revue Sainte Rita

Actualités

Vidéo de l’intention de prière du Pape - février 2024

 Prions pour que les malades en phase terminale, ainsi que leurs familles, bénéficient toujours d’un accompagnement médical et humain de qualité.

Pape François – FEVRIER  2024

Lorsque certaines personnes parlent de maladie en phase terminale, elles confondent deux mots : incurable et non soignable. Ce n’est pas la même chose.
Même lorsque les chances de guérison sont très faibles, tous les malades ont droit à un accompagnement médical, à un accompagnement psychologique, à un accompagnement spirituel et à un accompagnement humain.
Parfois, ils ne peuvent pas parler, parfois nous pensons qu’ils ne nous reconnaissent pas, mais si nous leur prenons la main, nous comprenons qu’ils sont en syntonie avec nous.
La guérison n’est pas toujours possible. Mais nous pouvons toujours prendre soin des malades et les caresser.
Saint Jean-Paul II disait que « guérir si possible, toujours prendre soin ».
C’est là qu’interviennent les soins palliatifs, qui garantissent au patient non seulement des soins médicaux, mais également un accompagnement humain de proximité.
Les familles ne peuvent pas être laissées seules dans ces moments difficiles.
Leur rôle est déterminant. Elles doivent avoir les moyens de garantir un soutien physique, un soutien spirituel et un soutien social.
Prions pour que les malades en phase terminale, ainsi que leurs familles, bénéficient toujours d’un accompagnement médical et humain de qualité.

Textes extraits de la chaîne YouTube "La Video du Pape"

{jcomments on}