Homélie du Père Alain Vaillancourt - 21 Mai 2018

oratoire sainte rita

Dans l’exhortation apostolique : Soyez dans la joie et l’allégresse (Gaudete et exultate dont le thème est la sainteté) le Pape François écrit : « J’aime voir la sainteté dans le patient peuple de Dieu : chez ces parents qui éduquent avec tant d’amour leurs enfants, chez ces hommes et ces femmes qui travaillent pour apporter le pain à la maison, chez les malades, chez les religieuses âgées qui continuent de sourire. Dans cette constance à aller de l’avant chaque jour, je vois la sainteté de l’Église militante. C’est cela, souvent, la sainteté "de la porte d’à côté", de ceux qui vivent proches de nous et sont un reflet de la présence de Dieu. »

Rita a été cette sainte de la porte d’à côté, (et ses parents aussi). À Roccaporena : jeune fille, épouse, mère, veuve, tâches quotidiennes : les courses, jardin, lessive, cuisine, visite des malades au Lazaretto, prière à l’église San Montano, au Scoglio…) Pendant quarante ans elle a été la sainte de la porte d’à côté avant d’être, au monastère des Augustiniennes de Cascia, la sainte de la cellule d’à côté…

Poursuivant sa réflexion sur la sainteté, le Saint Père écrit : « Jésus a expliqué avec grande simplicité ce que veut dire être saint, et il l’a fait quand il nous a enseigné les béatitudes. Elles sont comme la carte d’identité du chrétien. Donc, si quelqu’un d’entre nous se pose cette question, "comment fait-on pour parvenir à être un bon chrétien ?”, la réponse est simple : il faut mettre en œuvre, chacun à sa manière, ce que Jésus déclare dans le sermon des béatitudes. À travers celles-ci se dessine le visage du Maître que nous sommes appelés à révéler dans le quotidien de nos vies.

Tous les saints illustrent les béatitudes, mais chacun à sa manière… Souvent, il y en a une qui ressort davantage. Pour saint François d’Assise, c’était la première béatitude : « Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des cieux est à eux ». Cette pauvreté qu’il chérissait tant et qu’il appelait « sa dame de cœur ». Pour Rita, ça pourrait être : « Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu ». La façon dont elle réagit à l’assassinat de son mari en témoigne. « On ignore l’identité de l’assassin, mais l’on sait que Rita a reconnu le visage du criminel et a trouvé la force de taire son nom, malgré sa belle-famille qui la harcelait pour qu’elle le révélât » (Sainte Rita, la rose de l’Ombrie, p. 47). Une belle-famille qui ne voulait pas tant la justice que la vendetta. Digne fille d’Antonio et Amata Lotti, eux-mêmes des « pacificateurs » dans leur commune, (ils jouaient le rôle de médiateurs en cas de litiges et de disputes publiques, on les appelait ‘porte-paix du Christ’), Rita a beaucoup travaillé et prié pour réconcilier sa famille (Lotti) avec celle de son mari (Mancini), et elle réussit comme en témoigne un document dûment signé devant notaire, selon la coutume de l’époque. Elle a aussi beaucoup prié pour que ses fils (Gian Giacomo et Paolo Maria) ne tombent pas dans la spirale infernale de la vendetta.

Dans son exhortation apostolique : Soyez dans la joie et l’allégresse (Gaudete et exultate) le Pape François écrit : « Cette béatitude - "Heureux les artisans de paix…" - nous fait penser aux nombreuses situations de guerre qui se répètent. En ce qui nous concerne, il est fréquent que nous soyons des instigateurs de conflits ou au moins des causes de malentendus. Par exemple, quand j’entends quelque chose de quelqu’un, que je vais voir une autre personne et que je le lui répète ; et que j’en fais même une deuxième version un peu plus étoffée et que je la propage. Et si je réussis à faire plus de mal, il semble que cela me donne davantage de satisfaction. Le monde des ragots, fait de gens qui s’emploient à critiquer et à détruire, ne construit pas la paix. Ces gens sont au contraire des ennemis de la paix et aucunement bienheureux. (Ce n’est certainement pas le cas de Rita…)

Les pacifiques sont source de paix, ils bâtissent la paix et l’amitié sociales. À ceux qui s’efforcent de semer la paix en tous lieux, Jésus a fait une merveilleuse promesse : « Ils seront appelés fils de Dieu ». (Ça, c’est bien Rita !) …

Il n’est pas facile de bâtir cette paix évangélique qui n’exclut personne mais qui inclut également ceux qui sont un peu étranges, les personnes difficiles et compliquées, ceux qui réclament de l’attention, ceux qui sont différents, ceux qui sont malmenés par la vie, ceux qui ont d’autres intérêts. C’est dur (Rita en sait quelque chose…) et cela requiert une grande ouverture d’esprit et de cœur, parce qu’il ne s’agit pas d’« un consensus de bureau ou d’une paix éphémère, pour une minorité heureuse »… Il ne s’agit pas non plus d’ignorer ou de dissimuler les conflits, (faire l’autruche) mais « d’accepter de supporter le conflit, de le résoudre et de le transformer en un maillon d’un nouveau processus ». (C’est en agissant ainsi que Rita a pu entrer au monastère des Augustiniennes…) Il s’agit d’être des artisans de paix, parce que bâtir la paix est un art qui exige sérénité, créativité, sensibilité et dextérité. » [Et aussi, pourrions-nous ajouter, de la persévérance, du courage… et de l’humilité… nous ne serons pas toujours des champions dans ce domaine…]

Semer la paix autour de nous, c’est cela la sainteté !

Rita nous est donnée en exemple pour que nous l’imitions, pas juste pour que nous l’implorions… Durant cette messe, demandons au Seigneur de faire de nous d’infatigables artisans de paix, à l’exemple de Rita. Qu’elle nous apprenne à pardonner, sans jamais nous lasser, afin que « Dieu demeure en nous (1 Jn 4, 12), et que nous puissions être appelés fils de Dieu ».

Commentaires  

#1 Anne-Marie 22-05-2018 17:28
Je découvre Sainte Rita à travers le témoignage d'une amie et cette magnifique homélie.
Citer

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Lettre d'information

Œuvres de Sainte Rita - 1 rue de la Poissonnerie - 06359 Nice Cedex 4 - FRANCE
Tél. +33 (0)4 93 62 13 62 (du lundi au vendredi de 9h à 16h)

Copyright © Œuvres de Sainte Rita 2011 / ROM