Les expériences de mort imminente sont compatibles avec la foi chrétienne

le .

homme debout lumiere

« Les expériences de mort imminente sont compatibles avec la foi chrétienne » assure Patrick Theillier, ancien médecin permanent du Sanctuaire de Lourdes.

Il soutient, dans son dernier livre récemment paru aux éditions Artège, que ces récits de personnes qui disent avoir fait un passage dans l’au-delà sont un signe de Dieu destiné à toucher les cœurs de ceux qui sont loin de Lui.

Extraits d’une entrevue accordée à Raphaël Zbinden (Site Cath.ch)

Cath.ch : Il y a déjà beaucoup d’ouvrages consacrés aux EMI. Qu’apporte donc le vôtre de nouveau ?
Patrick Theillier : Je voulais principalement donner à ce phénomène une approche chrétienne. De nombreuses publications actuelles sur ce thème sont en effet teintées d’ésotérisme, accaparées par le New Age. Les thèmes liés à la réincarnation où à la communication avec les morts y prennent souvent trop de place. J’ai pensé que ça serait bien qu’un catholique approfondisse le sujet des EMI, pour montrer que ce phénomène n’est pas en contradiction avec l’enseignement de l’Eglise. Cela est d’autant plus frappant, du point de vue non-chrétien, que cette réalité ne vient pas de l’Eglise, mais de la société civile.
Le livre est clairement réalisé dans la perspective de la Nouvelle évangélisation. Je rêve que chaque chrétien qui le lit et l’apprécie le prête à un non-chrétien, qu’il permette aux croyants et aux non-croyants d’entrer en discussion sur les thèmes de la foi, de la vie et de la mort.

Cath.ch : Quels sont les principaux éléments qui vous font dire que les EMI sont un véritable voyage dans l’au-delà ?
PT : C’est principalement la sincérité des témoignages. On sent très bien, quand on écoute ces personnes, qu’ils n’inventent pas, que leur expérience résonne très fort en eux. C’est quelque chose qui a bouleversé leur vie, qu’ils ne peuvent pas oublier et qui les marque quotidiennement. Des athées ont été convertis par leur expérience. J’en connais personnellement. Il y a notamment le cas éminent du professeur Eben Alexander. Ce neurochirurgien américain était un parfait matérialiste avant de contracter une méningite qui l’a amené au seuil de la mort. Suite à cela, il a écrit un livre qu’il a eu le culot d’intituler « La preuve du paradis ». Ce scientifique réputé n’avait aucun intérêt à raconter cette histoire, à part de se discréditer au sein de son milieu. Cela démontre que ces personnes n’ont aucun doute sur la réalité de ce qu’elles ont vécu.
Quoique les expériences soient toutes différentes, personnelles, elles sont également incroyablement similaires sur de nombreux points. Cette similarité est impossible à expliquer sur un plan scientifique.
(…)

Cath.ch : Pensez-vous qu’un jour une preuve de la réalité de ce phénomène sera apportée ?
PT : Non. Il ne faut pas attendre une preuve. Ces expériences sont un signe et un signe nous laisse toujours libres. C’est à chacun de l’accepter ou de le refuser. Le phénomène n’est pas ultimement réductible par la science, même si tous les éléments montrent qu’il est réel.
(…)

Cath.ch : Quel lien faîtes-vous entre les EMI et les miracles, en particulier les guérisons inexpliquées de Lourdes, que vous avez étudiées de près ?
PT : Il existe de nombreux liens entre les EMI et les guérisons inexpliquées. Elles sont d’abord issues de témoignages, elles ont donc leurs limites et sont impossibles à prouver. Ensuite, ce sont deux phénomènes qu’on ne peut pas provoquer, qui nous sont donnés. C’est quelque chose qui vient d’ailleurs, que l’on reçoit, une façon de nous interpeller.
Le point commun le plus fort est qu’il s’agit dans les deux cas d’une rencontre avec un Dieu plein d’amour. Pour ce qui est des EMI, les personnes qui les vivent peuvent d’ailleurs, suite à leur expérience, guérir de leurs maladies.

Cath.ch : Ces récits ne font-ils pas courir le risque d’une “demande” de surnaturel, alors que l’Evangile nous exhorte à “croire sans avoir vu” ?
PT : C’est l’idéal de croire sans avoir vu. Je pense néanmoins que notre époque saturée de matérialisme a besoin du surnaturel pour survivre. Il est important d’avoir des signes du surnaturel alors que nous stagnons dans le matériel. Les EMI, comme le mystère du suaire de Turin ou les guérisons inexpliquées nous font souvenir que le surnaturel est plus présent qu’on ne l’imagine, qu’il est même là, en chacun de nous.
(…)

Référence : Patrick Theillier, « Expériences de mort imminente : Un signe du ciel qui nous ouvre à la vie invisible », Artège Editions, 2015.

Lire l’entrevue complète de Patrick Theillier avec Raphaël Zbinden sur le site Cath.ch

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Lettre d'information

Œuvres de Sainte Rita - 1 rue de la Poissonnerie - 06359 Nice Cedex 4 - FRANCE
Tél. +33 (0)4 93 62 13 62 (du lundi au vendredi de 9h à 16h)

Copyright © Œuvres de Sainte Rita 2011 / ROM